Le 14 juillet, fête nationale en France, que fête-t-on réellement ?

Le 14 juillet, fête nationale en France, que fête-t-on réellement ?

Le 14 juillet est très souvent associé à la prise de la Bastille en 1789. C’est en effet ce matin-là que la foule en colère s’empare de cette prison-forteresse et entame sa démolition. Mais c’est un an plus tard, le 14 juillet 1790, qu’a lieu un autre événement, la Fête de la Fédération. Outre le 1er anniversaire de la chute du symbole de l’arbitraire royal, elle célébrait le regroupement national des Fédérations régionales de Gardes Nationaux, créées dans toutes les provinces françaises.

Ce jour-là, 14.000 soldats fédérés venus à Paris, défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille au Champ-de-Mars, devant le Roi Louis XVI. Mais la réconciliation et l’union nationales seront de courte durée. Deux ans plus tard, le roi est arrêté et condamné à mort. Et pendant près d’un siècle, on oubliera le 14 juillet.

C’est en 1880 que la 3e République cherche à se consolider autour de symboles républicains, sur des valeurs de paix et de fraternité. La Marseillaise devient hymne officiel. Un décret du 6 juillet 1880 instaure le défilé militaire qui se perpétuera jusqu’à nos jours. La Ville de Paris commande aux frères Morice l’actuelle statue de la République qui sera inaugurée 3 ans plus tard, sur l’ancienne place du Château d’eau rebaptisée Place de la République.

                                

Bas reliefs du monument de la Place de la République à Paris
à gauche, la prise de la Bastille (1789), à droite la Fête de la Fédération (1790)

Enfin, le 14 juillet est proclamé jour de fête Nationale et pour férié, pour permettre aux Français de participer aux commémorations et … d’écouter leur président, Jules Ferry. Mais c’est le 14 juillet de 1790 qui est retenu comme objet de la commémoration, et non pas celui de 1789, jugé alors trop violent par certains députés.

Moment de cristallisation de l’identité nationale, les manifestations gagnent au fil des ans les faubourgs de la capitale décorés d’arcs de triomphe, de guirlandes de feuillages, de drapeaux et de lampions.

Théophile Steinlen (1859-1923), Le bal du 14 juillet,

La fête nationale va s’étendre peu à peu dans toute la France, villes et villages. En 1945, dans la France libérée, elle devient beaucoup plus une grande fête populaire avec notamment l’apparition des feux d’artifices et la généralisation des bals publics.

Aujourd’hui encore un temps fort reste celui du défilé militaire à Paris. Obéissant à un cérémonial rigoureux, les répétitions se font le 12 au petit matin, soit à J-2 seulement. Environ 4 000 soldats défilent sur les Champs-Elysées, au rythme de 120 pas par minute. Le défilé est généralement clôturé par les unités de la Légion Etrangère, célèbres pour leur barbe volumineuse et leur pas plus lent. Et dans toute la France, des fêtes, des bals et des feux d’artifice sont toujours encore organisés le 14 juillet ou le 13 au soir.