Le Père Noël n’est pas en retard

Le Père Noël n’est pas en retard

Depuis longtemps, le Père Noël recevait des lettres, des lettres et encore des lettres. Il lui en arrivait de toute la planète. Mais lui n’en avait jamais porté une seule, chez les autres.

Ce printemps-là, le père Noël s’ennuyait. Il décida alors de changer de métier pour devenir… facteur ! Il se fit embaucher à la Poste du Ciel et devint facteur des nuages. Pendant des mois, il s’amusa à porter paquets et enveloppes aux quatre coins du Ciel et de la Terre. Il était très content.

Un jour pourtant, à l’approche de Noël, un petit enfant arriva pour le supplier de redevenir… le Père Noël. Et notre brave homme, qui aimait trop les enfants, décida alors de remettre son grand manteau rouge pour reprendre ses tournées de livraison, dans la nuit de Noël.

Hélas ! Au moment de partir, son traîneau tomba en panne. Il n’avait pas servi depuis une année et personne ne s’en était occupé. De plus, les rennes n’étaient même pas prêts et les lutins dormaient encore. Oh, il était presque minuit ! Et pour la première fois, le Père Noël ne pouvait pas partir. Alors, pour la première fois les enfants de la Terre n’auraient pas de cadeaux ?

Heureusement, le Père Noël avait une clé magique. Avec cette clé-là, il réglait comme il voulait toutes les pendules de la Terre et du Monde.

Pour rattraper son retard, le Père Noël décida alors, avec sa clé magique, d’arrêter immédiatement la ronde des aiguilles, sur toutes les pendules et sur toutes les montres de la Terre. Alors, partout, le Temps s’arrêta. Il s’arrêta à minuit moins le quart dans tous les pays du Monde.

Les lutins du Père Noël maintenant bien réveillés se mirent à réparer le traîneau. Bientôt tous les cadeaux furent rangés, prêts à être livrés au pied des sapins.

Et c’est ainsi que le Père Noël put cette année-là faire toutes ses livraisons

Quand tout fut déposé aux pieds des sapins ou au creux des cheminées, le Père Noël, avec un grand sourire, remit en marche les pendules et les horloges de la terre.

Le jour allait bientôt se lever quand le Père Noël, revenu chez lui, se mit au lit avec un grand sourire de joie.

Ouf, dit-il, on a eu chaud cette année, au Pôle Nord !